All has happened before...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Marche, marche mais ne meurs pas

Aller en bas 
AuteurMessage
Hiromi

avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 04/02/2012

MessageSujet: Marche, marche mais ne meurs pas    Ven 10 Fév - 10:36


Marche, marche mais ne meurs pas

Je suis maintenant ici depuis quelques semaines il me semble. Et oui, voici quelques semaines que je m’endurcit, avant on pouvait me qualifier de « petite nature ». J’étais une lycéenne, musicienne, dans une famille aisée qui ne connaissait rien de certains aspects de la vie. Maintenant je peux me qualifier de survivante, je trouve à manger seule, je construis mes abris, je me protège, enfin toutes ces choses qui m’étaient si faciles avant et qui, maintenant sont un obstacle de plus à passer.
Quand je me suis réveillée j’étais en pleine forêt, j’y ai passé plusieurs jours, à couper les ronces qui me coupaient le chemin, puis j’ai vu un lac, je m’y suis précipitée, me suis lavée, reposée. Après j’ai marché, toujours tout droit. Je suis arrivée au bord d’une falaise, à ses pieds se trouvait l’océan. Je m’y suis construis un abri, et de jours en jours je l’ai perfectionné, je me suis fais des réserves, un matelas pour dormir, une couverture et des habits. Pas bien beaux mais assez chauds. Dans des feuilles j’y ai entreposé des légumes, des fruits, un peu tout ce que je trouvais, heureusement je ne suis jamais tombée malade, ou presque. J’ai passé une semaine dans ce « paradis », puis l’idée découvrir le reste des paysages, peut-être de nouvelles personnes a germée dans mon esprit, alors j’ai pris des feuilles déjà sèches, j’ai crée maladroitement un stylo avec un bout de bois et avec de la sève j’ai crée de l’encre. Ainsi je pouvais essayer de crée une espèce de carte pour revenir à la falaise. J’ai laissé quelques réserves et mon abris. J’avais fait comme une petite sacoche. Ainsi je pouvais manger quand cela me chnatait.

Voilà, cela soit maintenant faire une ou deux semaines que je marche, heureusement il ne pleut pas mais la chaleur est étouffante, de plus en plus d’ailleurs. N’importe quide sensé me dirait de prendre une autre direction, mais je veux continuer. A mes dépends sans doute, c’est la vie.

Je suis au bord d’un désert, j’hésite à continuer ou à prendre une autre direction. Mais mes jambes me poussent à aller tout droit. Au bout de quelques minutes je suis déja et seulement entouré de sable jaune.
C’est le soir, je sors ma carte, mon stylet et commence à tracer le chemin que je pense avoir pris. J’ai maintenant du parcourir pas mal de kilomètres.
Je mange le peu de réserves qu’il me reste en regardant la lune se lever en même temps que de fortes rafales.

C’est chaque jour pareil, la marche, le dessin de ma carte, mais plus de repas, en tout cas de très maigres. Mais ce soir ce n’est pas pareil, le vent n’est pas pareil. Il souffle trop lentement et trop en avance par rapport à d’habitude, inquiète je ne dors pas tout de suite. Le vent est de plus en plus fort, il emporte le sable qui commence à rentrer dans le faible abri que je me suis fabriqué. Il emporte le sable très haut, ce sable forme des tornades et emporte ma tente, je me retrouve là, seule. Je n’attend pas que ce cauchemar se termine, je me lève et marche contre ces tornades, j’attend que la mort m’attrape. Mais, au bout d’une heure j’entrevois une autre forme qui se dessine dans la nuit. Nous avançons l’une vers l’autre.





°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


Dernière édition par Hiromi le Dim 12 Fév - 17:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cameron Fallen Wayne
† Never Forever.
avatar

Messages : 214
Date d'inscription : 03/02/2012
Localisation : Deep down in Hell.

MessageSujet: Re: Marche, marche mais ne meurs pas    Dim 12 Fév - 17:10

    Merde.

    Décidément, la vie était contre toi. Depuis ta petite enfance, tu as vécu sans rien ni personne. Il n'y avait que ta mère qui t'aimais. Elle seule arrivait à te faire sourire quand tout allait mal. C'était à elle que tu racontais tes problèmes et tes pensés. À elle seule. Mais cette époque c'est termiée dramatiquement. Tu t'en souviens très bien, même si tu n'avais que 11 ans. Cette époque, tu la maudit. Et il y avait ton père. Ton père. Est-ce qu'on peut simplement appellé ça, un père? Celui-ci n'a jamais levé les yeux sur toi. Pour lui, tu n'étais qu'une pauvre merde sur qui il devait vider son peu d'argent. Pour lui, tu n'était qu'un fardeau pour la famille. Ton père, tu le détestes, tu le hais. Quand ta mère est morte, tu as fuis de chez toi à tes 12 ans. Le paternel était bête. Il n'avait même pas réalisé que c'était ta fête. Quel con. Tu avais lâché l'école depuis déjà 6 mois à ce moment là. Tu quittais chaque matin pour ne pas éveiller les supçons, mais tu traînais dans la rue pendant toute la journée. Puis, tu es parti. Tu a déserté ta famille sans rien dire, sans laisser aucun message. Cameron, tu n'es qu'un lâche.

    Toi qui pensais que tout s'améliorerait une fois seul, tu avais tord. Dans la rue, tu n'avais vraiment plus rien. Plus de maison, plus d'argent. Plus rien. Je ne peux pas dire que tu n'avais plus personne puisque la seule à qui tu tenais était morte depuis plus d'un an. Dans la ville, les gens te regardaient comme si tu n'étais qu'un bon à rien. Dehors, sans personne, tu as appris à vivre par toi-même sans compter sur personne. Tu as toujours été seul. Seul. Et ça ne changera pas de sitôt. Pendant un certain temps, tu as été avec ce que l'on appelle une Gang de rue. Pour la première fois depuis longtemps, tu t'es senti chez toi. Des jeunes, il y en avait une douzaine. Des adolescents comme toi, qui n'ont plus personne et qui vivent par le vol. Tu as rencontré là ta meilleure amie. Une amie qui t'empoissone mais qui te fait sentir mieux. La cigarette. Depuis, tu ne t'en passes plus. Seulement en ce moment, tu n'as rien pour l'allumer. Et ça te rend irritable. Plus facilement que d'habitude.

    Tu cours dans le sable. Dans la nuit. Sous la Lune. À travers les raffales. Il vente. Ta casquette est partie au vent. Tu cours pour la rattrapper. Cette casquette, tu l'aimes beaucoup. C'était le chef de ta gang de rue qui te l'a offerte en t'annonçant que tu faisais finalement parti des leurs. Cette casquette, c'est ton accessoire préféré et il était hors de question que tu la laisses s'envoler de la sorte. Ça, c'est quelque chose que tu refuse à la vie de te l'enlever. Finalement, tu la rattrapes. Tu la secoues pour ôter le sable puis tu la remets sur ta tête. Tu sais... Je pense qu'elle risque de s'envoler une autre fois si tu la laisses sur ta tête. Mais bien entendu, tu ne m'entends pas. Tu la laisses donc là où elle est. Tu regardes autour de toi, les yeux plissés à cause du vent qui soulève le sable. Perdu? Depuis le grand changement, oui. Mais il n'y a aucun repère dans ce nouveau monde. C'était tout à fait normal d'être perdu. Tu fais deux ou trois fois une rotation sur toi-même, cherchant d'où tu viens. Puis, tu remarques une forme sombre au loin. Une silouhette floue, debout à l'horizon, masquée par la poussière. Une silouhette de forme humain.
    Quelqu'un. Ici? En plein désert? Tu connais peu de gens assez brave -ou stupide- pour s'aventurer dans un endroit si peu accueillant. À part toi.
    Tu t'approches, intrigué. C'était peut-être une simple illusion, mais tu voulais en avoir le coeur net. Plus près. Encore plus près. L'autre semble aussi s'approcher. Puis à un moment, tu t'arrêtes, observant la scène.

    "B-B'soir?"

    Avant d'aller plus près, tu veux être sûr que ce ne soit pas ton imagination.
    Faut pas avoir l'air con. Même s'il n'y a personne pour nous observer.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Gods got no plans for me; Well I'm gonna tell you one thing; I don't got the patience, all the time!
I'm not quiet myself these days
Guess we all come undone
Time to time in different ways well,
I have myself to blame.
Guess I don't understand, I need help anyways
Screaming Bloody Murder - SUM 41

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hiromi

avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 04/02/2012

MessageSujet: Re: Marche, marche mais ne meurs pas    Ven 17 Fév - 13:25

Oui ! C'est bien une forme humaine! Elle court après je ne sais quoi, un petit objet, peut-être quelque chose D'AVANT. Puis cet humain te remarque alors vous marchez l'un vers l'autre. Lorsque vous vous trouvez l'un en face de l'autre aucun ne prends la parole vous savez peur de passer pour des cons. En même temps tu t'y connais en connerie, ridiculisme et autre forme de bêtise. Tu n'arrêtais pas de faire des gaffes débiles, au moins tu faisais rigoler les gens. Mais pour le moment
l'heure n'était pas à ça. Finalement c'est lui qui parle
"B-B'soir?"
Gros Blanc comme nous disions avant, lorsque personne ne répondait.
"Heu... Salut.Escuse moi..."
Tu as peur de rêver, tu te dis, si seulement je pouvais lui toucher le bras, pour être sûre qu'il est vivant que je ne commences pas à débloquer.
Je tends la main et d'un geste rapide touche sa peau blanche. Autour de nous se trouve le vent, le sable mais une vague de bonheur me remplie. Je ne suis plus seule.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cameron Fallen Wayne
† Never Forever.
avatar

Messages : 214
Date d'inscription : 03/02/2012
Localisation : Deep down in Hell.

MessageSujet: Re: Marche, marche mais ne meurs pas    Sam 18 Fév - 1:23

    Heiiip!

    Tu fais un bond en arrière après qu'elle t'es effleurer. Oui, elle, c'était bien une fille qu'il y avait devant tes yeux. Enfin, elle semble plus âgée que toi, mais c'est difficile de le définir dans la pénombre de la nuit. Et elle t'as... Touché. Ouais bon, simplement effleuré rapidement, mais ça te suffit pour te rendre nerveux. Tu n'aimes pas les contacts humain. Tu n'aimes pas les gens. Tu te demandes ce qui a bien lui prendre. Tu observes un moment ton bras pour vérifier si elle n'avait pas de quoi comme une entaille ou une marque. Mais non, rien. Tu aurais pu soupirer, mais tu ne le fit pas. Tu lèves les yeux vers l'inconnue. Tu te rappelles de ce qu'elle vient de dire. Elle s'est... excusée.

    "Pourquoi tu t'excuses?"

    Le sable pénètre dans ta bouche lorsque tu parles. Tu toussotes pour dégager ta gorge. Stupide vent. À cause de celui-ci, tu ne voit presque rien, que des formes floues. De toute manière, il n'y a rien à voir dans ce désert. À par la jeune femme. Son visage semble soudainement illuminé. Qu'est-ce qu'elle a? Intrigué, tu te retournes pour vérifier s'il n'y avait pas quelque chose derrière toi qui attirerait son attention. Tu as beaux scrupter l'horizon caché par le sable et la poussière soulevé par le vent, tu ne vois rien. Bah, elle est bizarre, c'est tout. Tu te tournes de nouveau vers elle. Tu remarques alors que c'est toi qu'elle regarde avec tant d'intensité. Toi. Un jeune bad boy qui a toujours été considéré comme nuisible, un parasite pour la société. Elle te regarde avec une certaine joie dans ses yeux et pas avec cette haine et ce dégoût que tu as toujours vu dans le regard des passants. Tu es... Surpris, étonné. Depuis la mort de ta mère, c'est la première fois que quelqu'un te regarde de la sorte.

    "Euuh... C'est la première fois que tu vois un gars qui sillone le désert en pleine nuit où tu vois un buffet à libre service derrière moi?"

    Et bien sûr, toi, tu ne peux rien dire de gentil.
    T'es un méchant garçon.
    Un bad boy.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Gods got no plans for me; Well I'm gonna tell you one thing; I don't got the patience, all the time!
I'm not quiet myself these days
Guess we all come undone
Time to time in different ways well,
I have myself to blame.
Guess I don't understand, I need help anyways
Screaming Bloody Murder - SUM 41



Dernière édition par Cameron Fallen Wayne le Lun 19 Mar - 21:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hiromi

avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 04/02/2012

MessageSujet: Re: Marche, marche mais ne meurs pas    Dim 18 Mar - 8:18

A ce contact il se recule brusquement. Qu'ai je fais ?
Je suis surprise, je ne peux pas m'e^pêcher de le regarder. Je vois un humain. Un humain ! Il parle, il bouge. Il est comme moi.
Il se retourne pour regarder ce désert sans fin et ne peut s'empêcher de faire une remarque :
"Euuh... C'est la première fois que tu vois un gars qui sillone le désert en pleine nuit où tu vois un buffet à libre service derrière moi?"
Son air ngoguenard ne me gênes pas. Tu réponds :
"Je vois un joli garçon devant moi, en réalité; Etun grand buffet libre service en illusion. Figure toi que je crêve la dalle. Cela fait des jours que je ne mange que des fruits minuscules et des animaux ayant la peaux sur les os."
Tout en disant cela mon estomac fait un bruyant gargouillit.
"Tu t'appelles comment ? Moi c'est Hiromi. Et toi méchant garçon ?"
Je ne vois pas pourquoi nous restons plentés là. Je n'attend pas sa réponse mais continue à marcher, j'ai l'impression qu'il pourrait y avoir de l'eau. Là bas, je ne sais pas où. Mais je veux de l'eau. le peu de provisions qu'il me restait son parties dans la tempête. Je n'en peux plus, alors, je m'allonge par terre pour dormir un peu. Je suis épuisée, que m'a il pris pour venir mourir ici ?

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cameron Fallen Wayne
† Never Forever.
avatar

Messages : 214
Date d'inscription : 03/02/2012
Localisation : Deep down in Hell.

MessageSujet: Re: Marche, marche mais ne meurs pas    Lun 19 Mar - 21:49

    Elle ouvre la bouche. Elle dit quelques trucs pas trop importants. Elle a faim. Oui, toi aussi. Elle bouffe des fruits. D'accord. Ainsi que de petits animaux. D'accord. C'est pas très charmant, mais tu as fait la même chose. Il n'y a personne à voler dans cet endroit, pas d'épiecerie pour piquer quelque chose à manger. Suite à la réponse de la jeune fille, son ventre se met à gargouiller. À travers le vent, tu ne l'entends qu'un peu, un petit gargouilli à peine perceptible. Tu es heureux d'avoir les cheveux relativement long, le sable n'entre pas dans tes oreilles. Tu t'imagines très bien vider tes oreilles à tout les deux minutes et cette image te déplaît grandement. Le yeux plissés, tu continues d'observer la jeune femme. Hiromi. Son nom. Ouais d'accord, mais à quoi ça vas te servir dans la vie de connaître le nom d'une parfaite inconnue? Toi qui ne vit qu'au jour le jour, tu ne vois pas l'utiliter de savoir comment s'appelle tous les gens que tu croisses. Mais dans ce monde où il n'y à presque personne, un compagnon de route peu être bien agréable, crois moi. Même si tu aimes mieux te déplacer seul, tu verras que la solitude est bien dure sans voir de gens pendant des jours et des jours. Et voilà qu'elle te demande ton nom. Tu ne réponds pas.

    Hiromi passe devant toi. Elle semble se diriger vers un endroit précis. Tu la suis des yeux jusqu'à ce que tu te retournes entièrement pour continuer de la regarder. Son comportement t'intrigue. Elle semblait perdue mais tout d'un coup, elle avait l'air de savoir où elle allait. Tu la regardes s'éloigner. Soudain, elle s'arrête pour s'allonger sur le sable. Comme ça, au beau milieu du désert et dans la nuit. Contre toutes attentes, tu te précipites vers elle. Le sable pénètre dans tes chaussures pendant que tu cours. Le sable, soulevé par le vent, te force à baisser la tête. Enfin, tu arrives à elle. Tu te penches vers sa tête, une lueur d'inquiètude dans ton regard. Ce n'était pas tout les jours que tu voyais quelqu'un s'écrouler au milieu de nulle part.

    "Hey! Ça va? Réveilles toi. Si tu meurs maintenant et ici, tu te rends compte que y'aura même pas de vautours pour bouffer ta carcasse?"

    ... Y'a des moments comme ça où je me demande si tu le fais exprès.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Gods got no plans for me; Well I'm gonna tell you one thing; I don't got the patience, all the time!
I'm not quiet myself these days
Guess we all come undone
Time to time in different ways well,
I have myself to blame.
Guess I don't understand, I need help anyways
Screaming Bloody Murder - SUM 41

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hiromi

avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 04/02/2012

MessageSujet: Re: Marche, marche mais ne meurs pas    Jeu 22 Mar - 18:10

Quant je lui demande son nom il me regarde bizarrement. Un peu genre "à quoi ça te serres de savoir mon prénom vu qu'on se connait pas ?".
Après, chacun ses habitudes.....
Je m'éloigne de lui, avances d'un pas sûr, décidée, puis je m'allonge par terre. Qu'est ce qu'il m'a pris de quitter ma falaise où je faisait mon petit traintrain.
J'avais envie d'aventure certainement. Je n'avais jamais eut la chance ou le malheur d'y goûter. J'étais toujours restée dans ma maison, dans le parc avec ma mère aux tallons.
Ma mère, ma famille. J'avais oubliée que j'en avais une, depuis le temps. On se demande comment de telles choses peuvent s'oublier.
Je ferme tranquillement les yeux en attendant que le sable me recouvrent lentement et que la mort m’emmène avec elle.
Avant de m'endormir pour toujours j'attend que le jeune homme s'en ailles pourtant je n'entend que des pas précipités et quelqu'un qui s'agenouille à côté de moi et qui s'exclame :
"Hey! Ça va? Réveilles toi. Si tu meurs maintenant et ici, tu te rends compte que y'aura même pas de vautours pour bouffer ta carcasse?"
Manque de tact. Ce gars vraiment je connais pas pire pourtant je ne peux m'empêcher de sourire. Je m’assois.
" je vais très bien mai, vois tu que veux tu que tu fasses dans ce désert, totalement vide. Sois je me laisses mourir sois je vais tomber dans peu de temps d'épuisement. SInon en ce qui concerne les charognard je serai recouverte d'un mètre de sable d'ici quelques jours. Envisages tu d'autres solutions ?

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cameron Fallen Wayne
† Never Forever.
avatar

Messages : 214
Date d'inscription : 03/02/2012
Localisation : Deep down in Hell.

MessageSujet: Re: Marche, marche mais ne meurs pas    Sam 24 Mar - 16:18

    Elle ouvre les yeux. Elle sourit à ta réponse. Un peu bizarre la fille, quand même. De plus, elle est plutôt pessimiste. Tu la regardes d'un air indéchifrable. Dans le fond, tu comprends bien son point de vu. Tu étais dans le même état qu'elle: assoifé, éxténué, affamé. Tu voyais aussi bien qu'elle que vous étiez au milieu de nulle part, prisonnier de se désert, de cette tempête. Avec ce vent, Hiromi a raison de dire que toute personne s'imobilisant maintenant serait enseveli sous le sable avant qu'un prétadeur vienne ici. Tu lances un regard autour de toi. Des dunes, du sable, des dunes de sable. Il n'y avait vraiment rien. Il ventait depuis combien de temps? Ça faisait longtemps que le vent soufflait, il devrait cesser bientôt, non? À moins que le vent du désert ne soit pas le même vent que celui de ville. Tu as beau trouver cette fille un peu négative, tu dois tout de même admettre qu'elle a très bien raison. Le désert, c'est mortel. Bien entendu, toi, tu t'es aventuré là sans prévoir ce qui aurait pu arriver. Et sans m'écouter.

    Une autre solution? Pour toi, tout es mieux à faire que de rester planter là en attendant la mort. C'est sûr, il ne reste plus grand chose à faire une fois rendu là où vous êtes, mais rester pour se faire ensevelir par le sable et la poussière, ce n'est pas une solution très joyeuse. Mais je vois que ton espoir te lâche peu à peu. Laisse moi te dire quelque chose, mon grand. Tu t'es toujours battu dans la vie. Tu t'es battu pour vivre, pour survivre jusqu'à aujourd'hui. Du gamin que tu étais lorsque tu as fuis ton chez-toi, tu es devenu le jeune homme que tu es maintenant. Tous ces moments où tu pensais que tu allais mourir sur le champ, ces instant où tu voulais tout abandonner pour mourir. Chaque fois, tu t'es relevé pour affronter les obstacles que la vie t'envoyer et chaque fois, tu as réussi à t'en sortir. Même si cet endroit n'est pas comme la ville que tu as connu, c'est encore une question de survie. N'abandonne pas si facilement. Il existe toujours plusieurs solutions. Dans la vie, on a toujours le choix.
    Tu te lèves. Tes cheveux noirs encadrant ton visage se soulève dans le vent. Tu poses ta main gauche sur la tête, maintenant ta casquette en place.

    "Tu as toujours tes jambes, non? Tu peux donc encore marcher. Il te reste aussi l'énergie du désespoir."

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Gods got no plans for me; Well I'm gonna tell you one thing; I don't got the patience, all the time!
I'm not quiet myself these days
Guess we all come undone
Time to time in different ways well,
I have myself to blame.
Guess I don't understand, I need help anyways
Screaming Bloody Murder - SUM 41

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hiromi

avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 04/02/2012

MessageSujet: Re: Marche, marche mais ne meurs pas    Dim 25 Mar - 7:37

Je m'exclame ainsi. Je ne sais rien de lui pourtant j'ai l'impression que lui sait déja pas mal sur moi : je n'ai jamais affronté quelque obstacle que ce soit, mes parents m'ont toujours protégée, je n'ai jamais eut à souffrir de la faim, de la soif, de la douleur, du manque de sommeil...
Lui, il ne dit pas grand chose, il me trouve certainement négative mais là j'avous être vraiment perdue autant physiquement qu'intellectuellement. Je suis crevée et mon esprit n'est pas capable de réfléchir convenablement.
Cela fait beaucoup d'heures qu'il vente, mais la plus grosse tempête est passé. Le jeune homme regarde autour de nous : du sable et des dunes s'étendent à perte de vue.

"Tu as toujours tes jambes, non? Tu peux donc encore marcher. Il te reste aussi l'énergie du désespoir."

Je me contente d'un hochement de tête, j'ai l'impression que maintenant je vais me laisser conduire comme une petite fille perdue dans un supermarché qu'un adulte ient de prendre la main pour retrouver ta maman.

Vous vous mettez tous les deux en route, vers les dunes. Marchant épaules contre épaules, au même pas lent et réguliers que vous faites mécaniquement au bout de tant d'heures de marche. Lui sa casquette enfoncée sur la tête et moi, mes faibles chaussures au pieds. Mes habits sont en lambeaux, pleins de sable, ils me gratte.

Je ne sais pas combien de temps nous marchons mais, lorsque nous arrivons devant la plus haute dunes une mauvaise surprise nous attend.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inëctis

avatar

Messages : 2
Date d'inscription : 15/01/2012

MessageSujet: Re: Marche, marche mais ne meurs pas    Dim 25 Mar - 9:51

    Les deux âmes égarées grimpent difficilement au sommet de la dune. Quand elles arrivent, leur souffle est coupé par le paysage macabre qui s'offre à leurs regards inquiets. Un paysage rocailleux, à perte de vue, couvert d'ossements d'animaux. De gros animaux. Un labyrinthe de pierres et d'os.
    Le cimetière des éléphants.
    Soudain, le hasard fait bien les choses, Hiromi trébuche dans le sable, tombe, et dévale la pente. Jusqu'en bas. La suite au prochain épisode...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Marche, marche mais ne meurs pas    

Revenir en haut Aller en bas
 
Marche, marche mais ne meurs pas
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ezekiel Jackson : La marche des vertueux
» Questions sur l'integration d'Haiti au marche de la CARICOM
» Haiti en marche - Haitiens, partout fuir la misere!
» Haiti en Marche: Haiti entre la Chine et Taiwan
» Haiti en Marche: Haiti et neo-liberalisme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Akanta - RPG :: Akanta :: Nord :: Le Désert-
Sauter vers: