All has happened before...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Juste Paumés

Aller en bas 
AuteurMessage
Candy Stone

avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 16/02/2012
Age : 22

MessageSujet: Juste Paumés   Ven 24 Fév - 2:24



Juste paumes

Une forte lumière m’avait tirée de mon sommeil. Je m’étais recroquevillée, cachant mes yeux de mon bras tout en maugréant : « Puuuh… mais éteiiins la lumièèère ! » à l’intention de la personne qui l’avait allumée. Il n’y eut pas de réaction. Tant mieux, ça voulait dire qu’elle était partie, j’allais pouvoir m’accorder encore cinq petites minutes de sommeil supplémentaires… J’avais on ne peut moins envie de me lever pour aller en cours, mais il le fallait bien. Après ce qui venait de se passer, mon absence serait prise comme un abandon, une faiblesse de ma part. Hors de question de leur accorder ça. Et puis si je partais assez vite, peut être que ma mère n’aurait pas le temps de remarquer mes cheveux courts, l’heure des explications serait donc retardée et j’aurais plus de temps pour réfléchir à ce que j’allais dire sans révéler ce qui c’était passé la veille au soir… du moins ce que je pensais être la veille car à présent je sais que je n’ai en réalité aucune idée d’il y a combien de temps c’était.

Bref, j’allais donc me lever dans cinq minutes pour aller au lycée, comme d’habitude, comme si de rien n’était. Mais avant, j’allais dormir encore un peu, rien qu’un petit peu. Enfin c’était plus facile à dire qu’à faire avec toute cette lumière. Pour me préparer à l’éteindre, dans un grand élan de courage, j’entrouvris un œil pour voir une overdose de couleur verte. Depuis quand est-ce que ma chambre était verte ?! Elle avait pourtant toujours été bleue…

Bel et bien réveillée cette fois, j’ouvris grand les deux yeux pour m’apercevoir que j’étais en tête à tête avec une touffe d’herbe. Mais où est-ce que j’étais ?! Enfin je voyais bien que j’étais au pied d’un arbre, au bord de l’eau, entourée par des palmiers après m’être redressée, mais je ne savais pas plus précisément ce que je faisais ici. Je n’avais jamais vu d’endroit qui semblait aussi dépourvu de l’empreinte de l’homme, aussi vierge de son passage que cet endroit où je me trouvais que je supposais, pour en avoir déjà vues en photo, être une oasis. Le fait que j’atterrisse dans un tel endroit restait toutefois totalement improbable, j’avais beau être nulle en géographie, je savais tout de même qu’il n’y avait pas de désert dans mon pays et par la même occasion pas d’oasis.

Après avoir fait marcher du mieux que je pouvais mes neurones encore engourdis par le sommeil, je finis par déduire que je devais être en train de rêver. Parce que sinon, je ne voyais pas vraiment comment j’aurais pu arriver là. Je me levais, mais mes chaussures à talons s’enfonçaient dans le sol sablonneux, en plus elles me faisaient drôlement mal aux pieds. Elles m’avaient pourtant paru confortables quand je les avais essayées en magasin… comme quoi les apparences sont parfois trompeuses. Je les enlevais donc, mais un petit caillou pointu s’enfonça dans mon pied droit lorsque je le posais au sol, m’arrachant un couinement de douleur. En voyant une goutte écarlate perler à travers mon collant, je finis par comprendre que non, je ne rêvais pas.

Où est-ce que j’étais dans ce cas là ? C’était une excellente question que j’étais d’ailleurs en train de me poser et à laquelle je n’avais pas de réponse. Et que faire ? Autre excellente question qui était tout autant sans réponse. En fait si, j’avais quelque chose à faire, je mourrais littéralement de chaud et je portais un épais collant noir sous ma jupe en jean, je l’enlevais donc et le balançais négligemment sur mes chaussures. Voilà, maintenant je ne savais plus quoi faire.

C’est là que je vis qu’au moins je n’étais pas toute seule, je n’avais pas remarqué le garçon qui devait avoir à peu près mon âge et qui se trouvait avec moi dans cette oasis.

- Hey ! l’interpelais-je tout en me dirigeant dans sa direction. Heu… tu saurais pas où on est là ?




[Bon… premier RP humain depuis 2ans… et encore, les RPG où j’étais jadis avaient un niveau de caca alors ça compte pas. Bon j’suis pas fière de moi /o/ aiepitiédemoi.com]

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sid Bogeybozey

avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 15/02/2012

MessageSujet: Re: Juste Paumés   Ven 24 Fév - 3:17

Purée.

J'suis perdu.

~

« Wooosh ». Réveillé par le vent, Sid s'agite sur son dit lit. « J'ai encore laissé la fenêtre ouverte. Cool. » Bon. Va falloir aller au lycée mon pote. Ouvre les yeux ! Il aurait bien aimé découvrir sa petite chambre douillette, il ne vit qu'une étendue herbeuse fourrée d'arbres. Ébahi, il resta bouche bée. Bon. La journée ne s'annonçait pas comme prévue. Il s'adossa à un arbre pour reprendre ses esprits. Mais qu'est ce qu'il fichait ici ? Un coup des copains ? Impossible. Il se leva de son siège improvisé et contempla alentours. Des kilomètres de végétations. Ca promet.

Il fallait réfléchir. Réfléchir ? C'était quelque chose qu'il avait arrêté depuis longtemps déjà, depuis qu'il avait eu un appareil photo, et photographier était devenu son nouveau hobby. « T'as pleins de trucs à prendre aujourd'hui, mon vieux », sauf qu'aujourd'hui, il était paumé au milieu d'la brousse sans rien - à part ses vêtements.

Faisait chaud ici. Il aurait tellement aimé être chez lui, à ce moment là, prenant une tasse de chocolat chaud tout en visionnant sur son ordinateur ses photos les plus réussies. Sa mère (Elle était où, maman, d'ailleurs ?) lui racontait alors le programme de sa journée, ce qu'ils allaient faire, puis il partait au lycée en pensant aux bêtises qu'il allait faire aujourd'hui. sauf que ça, c'était hier. Et là, on est aujourd'hui.

Bon. Se lamenter ne t'aidera pas. Remue-toi ! Il était peut-être égaré, mais il avait toute sa cervelle - où celle épargnée pendant ces longues années...
En fait, Il n'y avait pas trente-six solutions. Soit il courait comme un taré en hurlant, soit il restait ici en attendant qu'une personne inexistante arrive. Première solution. Sans les hurlements. Et en marchant tranquillement. Un tout autre avis en fait.

Il commença sa petite ballade, en admirant le paysage. De hautes herbes effilées étaient implantées dans tout le paysage, les arbres cachant à moitié le ciel. Les lianes pendaient de partout, ce qui gênait sa marche de tant à autre. Quelques champignons de couleurs variés dominaient l'horizon, comme de petites tâches de couleur dans une étendue de vert. C'était beau.

Soudain, une voix s'élève parmi les sifflements du vent entre les branches.

- « Hey ! Heu… tu saurais pas où on est là ? »

Sid se retourna et découvrit une fille aux cheveux dorés. C'était sûrement elle qui l'avait appelé, et de toutes façons, qui d'autre ? Il n'y avait rien ici.

- « J'aimerai bien savoir moi-même... Mais j'suis complètement paumé ici, y avait même pas de forêts près de chez moi. C'est du délire ! »


|| Ouais enfin, moi non plus c'est pas top ! ||

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Candy Stone

avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 16/02/2012
Age : 22

MessageSujet: Re: Juste Paumés   Mer 21 Mar - 17:41


- J'aimerai bien savoir moi-même... Mais j'suis complètement paumé ici, y avait même pas de forêts près de chez moi. C'est du délire !

Bon, j’étais bel et bien paumée, mais au moins je n’étais pas toute seule ; il y avait avec moi une personne qui avait l’air tout aussi paumée, or, l’expérience m’avait appris que mieux vaut être paumés à deux qu’être paumé tout seul, et je vous assure que de ce côté-là, j’ai beaucoup d’expérience.

- Bah au moins on est deux, on va pouvoir repeupler la terre. dis-je au garçon, qui devait visiblement avoir environ le même âge que moi, tout en levant un sourcil.



- Je rigole, hein ! ajoutais-je très vite de peur qu’il fuie en pensant que j’avais des pensées louches à son égard. En plus c’était pas drôle…

Vous vous demandez sans doute quel intérêt il y a à faire des blagues si elles ne sont pas drôles, et je vous avoue que pour le coup, je ne vais pas vous répondre parce que je n’en sais rien. Et puis je me rendis également compte que ma « blague » était stupide du fait que je n’étais même pas sûre de me trouver sur la Terre, mais ça, je le gardais pour moi bien que c’était peut être plus intelligent à dire que ce que j’avais précédemment dit.

C’est fou, mais le fait d’être paumée je-ne-savais-trop-où m’avait mise de bonne humeur. Enfin si j’étais de bonne humeur à ce moment là, c’était sans doute parce que je n’avais pas encore songé au fait qu’être paumée en pleine nature impliquait surement de grosses bêbêtes qui traînaient dans les parages et qui n’auraient pas forcément comme seule intention en me croisant que me demander la direction du supermarché le plus proche. Surtout qu’il n’y avait pas l’air d’y avoir beaucoup de supermarchés dans le coin. Et puis vu mon sens de l’orientation de toute façon, ce n’était pas la peine de me demander.


°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sid Bogeybozey

avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 15/02/2012

MessageSujet: Re: Juste Paumés   Mer 21 Mar - 19:44

- « Bah au moins on est deux, on va pouvoir repeupler la terre.

Bon, résumons la situation. D'accooord, il était perdu, mais perdu avec cette fille, c'était encore plus grave. C'est vrai qu'être paumé à deux, c'est mieux, c'est rassurant, mais paumé avec ça, ça change tout. Sid commença à organiser sa fuite. S'il faisait semblant de marcher avec elle quelques minutes, qu'il montrait du doigt un animal féroce inexistant, elle serait tellement terrorisée qu'il pourrait prendre le chemin inverse, id est, loin d'elle. Il n'eut pas le temps de faire un pas qu'elle déclarait déjà :

- Je rigole, hein ! En plus c’était pas drôle… »

Petit moment de réflexion. Elle avait peut-être des super pouvoirs donc elle avait pressenti sa fuite, et voulait enlever tout soupçon grâce à cette phrase d'excuse... Ou bien elle était tellement paumée qu'elle avait peur de perdre le seul être humain dans ce monde de verdure.

- « ... Demande au lion affamé derrière toi , commença-t-il pour lui faire peur, avant de voir que sa blague n'eut aucun effet de peur ni d'hilarité sur la jeune fille.

- On a pas l'air très doués en blague, tous les deux... »

Au moins ils avaient un point commun. Aucun sens de l'humour. Il se demanda ce qu'aurait fait ses amis à sa place, mais qu'importe. De toute façon, ses amis n'étaient pas présents aujourd'hui et ne le serait sûrement plus jamais. Il pensa cela avec une pointe de tristesse, mais pourquoi encore penser à hier quand on était aujourd'hui ? Fallait se sortir de ce pétrin, trouver un village.. Mais restait-il des villages ? Des villes ? De la vie humaine.. à part eux ? Il ravala ses pensées pessimistes, mais elles revenaient quand même le hanter après des tentatives de rejet. Rien à faire.

« ... Tu proposes quoi ? » questionna-t-il, ruinant ainsi l'étrange silence qui s'était installé.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Juste Paumés   

Revenir en haut Aller en bas
 
Juste Paumés
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Akanta - RPG :: Akanta :: Nord :: Une Oasis Dans Le Désert-
Sauter vers: